Front Associatif des Tunisiens à l’Etranger F.A.T.E

Communiqué de presse

19 mars 2015 – Ce mercredi 18 mars à Tunis au musée du Bardo, mitoyen du Parlement, deux assaillants armés de kalachnikovs ont pris pour cible des touristes de plusieurs nationalités. Le premier bilan de cette attaque selon le ministère de l’Intérieur Tunisien est de 22 morts dont 20 touristes et 2 Tunisiens et plus de 40 blessés.

Nous sommes indignés face à cet acte lâche et sauvage contre des innocents. Nous présentons nos sincères condoléances les plus attristées aux familles des victimes.

Nous appelons les Tunisiens à faire bloc contre toute tentative de semer la terreur

et le chaos dans le pays.

Depuis 2011 le processus démocratique en Tunisie demeure unique, fragile et vulnérable face à un Etat pris en otage entre des réseaux mafieux et des politiques affairistes. Aucun gouvernement en Tunisie depuis le 14 janvier 2011 n’a montré une volonté sérieuse de combattre la corruption et les extrémistes.

Nous soulignons également que les institutions sécuritaires non réformées et la justice toujours soumise au pouvoir exécutif ne peuvent pas mener un vrai combat contre le terrorisme et le crime organisé.

L’Etat Tunisien malgré sa fragilité doit agir en conséquence et faciliter le travail

de la justice en toute indépendance pour démasquer les assassins et les vrais responsables doivent répondre de leurs actes.

Nous rappelons que le projet de loi portant sur la lutte contre le terrorisme et le

blanchiment d’argent doit être respectueux de la constitution tunisienne et ne doit

en aucun cas toucher aux droits et libertés fondamentaux des tunisien(ne)s.

Nous exprimons encore une fois notre profond attachement à l’instauration d’un Etat de droit en Tunisie.

Nous constatons une nouvelle fois que les exécutants de la terreur à Bardo sont des jeunes tunisiens issus d’une région frappée par la misère et l’injustice sociale.

Il est impératif et urgent pour l’Etat tunisien de rattraper le retard en termes de développement et d’investissements dans ces régions et ces quartiers oubliés. N’oublions pas que la jeunesse Tunisienne s’est soulevée contre le régime de Ben Ali pour le travail, la liberté et la dignité nationale.

La révolution tunisienne continue.

Vive la Tunisie libre digne et indépendante

Front Associatif des Tunisiens à l'Etranger

 

FETCA (Belgique), Uni*T (France), Associazione Pontes dei tunisini in Italia (Italie), Collectif Tunisiens au Canada (Canada), Jasmin Tunisie Liberté & Démocratie (France), Collectif Mohamed Bouazizi, (France), CRI (France)

     LogosAssocFATE